Patience

Publié le par Akotêgnon Gbêdékounnou Ascension BOGNIAHO

INTRODUCTION

 

Ce texte est créé en 1956 par feue Oké Gbêsso. Son mari, Sêkpé, eut des démêlés avec le gestionnaire blanc du cercle d'Adjohoun, le commandant Biazéni, comme l'appelaient les populations.

Sêkpé distillait rn effetdu vin de palme pour en obtenir de l'eau de vie locale appelée sodabi dont l'administration coloniale combattait farouchement la fabrication et la consommation. Du fait que cette industrie locale procédait par l'abattage du palmier à huile et l'exploitant blanc avait besoin des produits de cette plante de rente pour les industries françaises, une réglementation arbitraire interdisait la fabrication de ce breuvage, y substituait  du djin, du rhum et du whisky importés.

Sêkpé, un rebelle avait enfreint la loi. Il était de surcroît propriétaire d'une caféière dont il avait refusé de vendre les fruits aux colons à cause de la chute drastique des cours. Il avait poussé l'outrecuidance à la torréfaction domestique du café qu'il avait fait boire à son cheptel de caprins sur la place du marché.

Pour tous ces crimes, il fut arrêté un matin, déporté au chef-lieu du cercle où on le commit à la propreté du grand domaine de la résidence du commandant du cercle.

Face à la rage de son mari qui tenait à en découdre avec le commandant, la femme exhorta son homme à la patience au cours d'une visite au prisonnier.

LE  POÈME

 

1. Sɔ́àgǐdî mánɔ̌ jɛ̀ âzɔ̂n

2.    Bó nɔ̂ mlǎnyǐ
3.    Gálanû yɔ̌kpɔ́sǐɛ̀ sà àmâgbè vǔɖé
4.    Sɛ̌kpé ɖé hɔ̂ngán zɔ́n hɔ̀nmɛ̂ ná mǐ má yî
5.    Adǒgbânù yɔ̌kpɔ́sǐɛ̂ sà mâgbè kpɛ̀ɖé
6.    Sɛ̌kpè́ lɔ̂sú káɖè xócě sêâ
7.    Kpɔ́n nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé mâ
8.    Gǎlánù yɔ́kpɔ̌ ká ɖě gbécě séà
9.     Nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé
10.    Bó tɔ̌jú hîɖě nǎ àvɔ̂mɛ̌nûvíɛ̂ bò
11.    Nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé
12.    Bó yì súǔlù bó ɖɔ̀
13.    Bó kǎ yí súǔlù démɛ̂
14.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
15.    Bó kǎ yí súǔlù démɛ̂
16.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
17.    Kpɔ̌n wângbɛ̌námɛ̂tɔ̀
18.    Má zě mɛ̀ bódǒ wà nɖé nǎmâ
19.    Àvɔ̂ wɛ̌ nɔ́ bà yɛ̂yí ná ǔtû
20.    Ɖí lě xwé lɛ̂ nɔ́ jǎià tǒ ɖó
21.    Bɔ̂ tó nɔ̌ ɖé sǐsɛ̂ kpó ɖì àyǐhúngǎn nkɔ̂
22.    Sɛ̂kpé ɖé hɔ̂ngán zɔ́n hɔ̀nmɛ̂ ná mǐ má yî
23.    Gálànù yɔ̌kpɔ́sǐɛ̂ dó lô ɖókpǒ 
24.    Hɛ̀n xwéyɔ̂ ná mǐ bó
25.    Yí súǔlù démɛ̂
26.    Détĩnlɛ̌ tówě wɛ̀
27.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
28.    Káfěgbó lɛ̂bǐ tówě wɛ̀
29.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
30.    Yí súǔlù démɛ̂
31.    Bó tɔ̌jú xwéyɔ̂ nǎ mî bó
32.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
33.    Má mlǎn Gálǎnúcě kpɛ̂ɖé
34.    Âdógbǎnǔ cě ɖókpǒ
35.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
36.    Húnsìnɔ̂vǐ lɛ̀kpɔ́n nɔ̌ kúkɔ̀
37.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
38.    Ókpɔ̂
39.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
40.    Àxɔ́vǐ àxɔ́vǐ nɔ̀ âyǐ xú nɔ̂wùn
41.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
42.    Kpénǔkǔn hîɖé û nǎ gbɛ̂ɖǐvíɛ̂ bó
43.    Nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé
44.    Bó kâ tɔ́jǔ hìɖé nǎ mí bó
45.    Nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé
46.    Bó kà yǐ súǔlù démɛ̂
47.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
48.    Má mǎlán mɛ̌xólɛ̀ děmɛ̂
49.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
50.    N kǎ mlán Mɛ̂hílɛ́ démɛ̀
51.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
52.    Hínɔ̌ yíhî bɔ̀ âkpǎ jɛ̀ vɔ̂
53.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
54.    Bó mlǎn Yɛ̂bálɛ̌ démɛ̀
55.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
56.    Dǎnsì Ǎlǎnúlɛ́ ká lǒ
57.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
58.    Yí súǔlù démɛ̂ lǒ
59.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
60.    Gbɔ̀ má xwlé àjómɛ̌nyí tówě kpɔ̂n
61.    Àxɔ́vǐ dótɔ̂
62.    Tɔ̀ ɖé mɛ̌ɖé mɔ́nɔ̂ nǔlé
63.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
64.    Zĩɖé nû dótɔ̂ é ná slâ mǐ
65.    Yí súǔlù démɛ̂
66.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌
67.    Àdán glánglán mǎ nyɔ́n
68.    Xɛ̂sì glánglán mǎ nyɔ́n
69.    Àdán kpɛ̂ɖé xɛ̂sì kpɛ̂ɖé
70.    Kpɔ́n nǔgóyǐyǐ ma ɖɔ̀ hwɛ̌ ɖè yóvǒxwé mâ
71.    Yí súǔlù démɛ̂
72.    Gbɛ̌ ná nyɔ̌

Oké Gbêsso Joséphine BOGNIAHO FADONOUGBO
 

LA TRADUCTION

 

Bien que la traduction de ce poème se présente comme un exercice difficile à cause de la flopée des répétitions et des déverbatifs, le traducteur aboutit à un texte relativement juste, un cliché dans le respect du texte originel. Porté par l'obligation de la fidélité à  l'esprit du texte, le poème traduit a recouru, par endroits, à du mot à mot au mérite révélateur de la beauté du texte. L'évitement de l'usage de la paraphrase à cetains endroits renforce la justesse de la traduction et en constitue les prémices d'une approche contextuelle du poème, dont on apprécie les résultats dans le commentaire.

LE POÈME TRADUIT

 

1.    Un cheval, fut-il malade [1]
2.    Ne se couche guère
3.    L’épouse du noble homme de Gala [2] dit là une incantation
4.    Permets-moi que je parle
5.    La femme du natif d'Adogba [3] vient de prononcer une petite formule magique
6.    Sêkpé lui-même entend-t-il ma parole
7.    L'orgueil assurément n'entre pas dans la justice du Blanc [4]
8.    Le fils de Gala entend-t-il ma voix ?
9.    L'amour propre n'intervient guère dans la justice du Blanc
10.    Prends soin de toi pour la fille d'Avomênou [5]
11.    La vantardise ne passe pas au tribunal des Blancs
12.    Use de patience dans le règlement
13.    Sois totalement patient
14.    La vie sera bonne
15.    Si tu utilises la patience
16.    Tu gagneras
17.    Vois le haineux
18.    Il ne peut rien faire de toi
19.    Le pagne embellit le corps
20.    Tel les concessions embellissent le village
21.    Et le village rutile comme les rails au soleil
22.    Sêkpé lâche-moi la bride [6]
23.    L’épouse du fils de Gala vient de dire un proverbe
24.    Protège-moi cette maison
25.    Sois patient
26.    La vie s'améliorera
27.    Aie de la patience
28.    Et la vie sera belle
29.    Ces palmiers à huile t'appartiennent
30.    La vie sera belle
31.    Toutes ces caféières sont à toi
32.    La vie s’améliorera
33.    Laisse-moi couvrir mon homme de Gala d'un peu de louange 
34.    Toi, mon seul ressortissant d'Adogba
35.    La vie sera belle
36.    Rejeton de prêtresse [7], celui que l’on se donne le torticolis en se retournant pour admirer
37.    La vie ira mieux
38.    Toi, panthère
39.    La vie sourira
40.    Toi, prince, prince aussi majestueux que l’océan
41.    La vie sera belle
42.    Accepte de prendre grand soin de toi pour la fille de Gbêdi [8]
43.    La bravoure ne règle pas les différends chez le Blanc
44.    De grâce, conserve-toi pour moi
45.    La vantardise ne va pas au tribunal du Blanc
46.    Recherche la paix
47.    Et la vie sera belle
48.    Laisse-moi invoquer tes ancêtres
49.    Et la vie sera belle
50.    Souviens-toi de Mêhi [9]
51.    La vie sera belle
52.    Le propriétaire du coutelas récupère son outil et l'étui en est vide
53.    La vie sera belle
54.    Que j'invoque Yêba [10]
55.    La vie sera belle
56.    Autre Dansi Alanwou [11]
57.    La vie s’améliorera
58.    Prends patience
59.    Tout ira bien
60.    Laisse-moi évoquer ta tige
61.    Toi le puits
62.    Une eau que nul ne peut boire
63.    La vie ira bien
64.    Qu'un singe téméraire te boive pour mourir de diarrhée
65.    Use de patience
66.    La vie ira mieux
67.    L’excès de bravade nuit
68.    Autant que nuit l’excès de couardise
69.    Utilise un peu de bravade et upn peu de couardise
70.    Car l'orgueil n'a jamais raison au tribunal du Blanc
71.    Use de patience
72.    Et la vie sera belle

LES NOTES EXPLICATIVES

 

[1] Cette formule supposée magique par la poétesse doit être prise non pas au sens de la science de l'Occident mais plutôt à partir des résultats que son usage pourrait générer quand les conditions de sa prononciation setaient bien remplies.

[2] Gla: l'un des berceaux mythiques des Yarinous, appelés encore Yolimènous , le clan fondé par l'un des sept fils de l'ancêtre éponyme Togbo-Honsou

[3] Adogba, un rite quinquennal de purification du clan des Yarinous

[4] La justice du commandant, la justice de l'arbitraire, la justice coloniale

[5] Avomênou: c'est le clan des Daïvinous dont est issue la poétesse. Cette appellation se sert d'un rite pour nommer tout le groupe social

[6] La femme fait de son mari, sa muse, son inspirateur. Par une sorte de télépathie, il lui soufflerait le poème.

[7] Le clan des Yarinous se réclame aussi de la descendance de Dansi Alanwou, cette femme qui, au moment de l'exode forcé du clan, s'était emparé du vodun Adanlien et en était devenue la première prêtresse sur la terre d'accueil.

[8] Gbêdi, un ancêtre divinisé du clan des Daïvinous ou Daévinous

[9] Mêhi nom fort du premier pontif des Yarinous sur leur terre d'accueil.

[10] Yêba, deuxième pontif

[11] Dansi Alanwou, nous connaissons son histoite.

LE COMMENTAIRE

 

Le thème qui saute à l'œil dans ce poème est la sagesse. La sagesse d'une femme aimante qui prend fait et cause pour son mari victime d'abus intolérables.

En lui conseillant de faire profil bas devant la force brute de l'oppresseur blanc, Avomênouviê ne lui dénie pas pour autant ses énormes capacités : il est le propriétaire des palmiers à huile et des caféières, des denrées dont le colon avait besoin.
Ce motif nodal du texte s'éclate donc en des mouvements que portent l’incantation et le proverbe, puis les arguments. 


S'appuyant toutes les fois sur le mari, comme sa muse, Gbêdivi se sert d’entrée de l’incantation pour exhorter son homme à l’humilité devant le tribunal du Blanc, à l’usage de la non-violence, un effacement calculé, du moins à l’adoption d'apparences de soumission en vue de la conservation de sa personne et la protection de sa maison. On sait à l’évidence qu’une concession sans le chef de famille est comme un corps sans tête
Lorsque Galanousiê progresse par le proverbe, elle assure l’homme de sa qualité de propriétaire. Le Blanc haineux, le singe,  ne peut lui arracher ses possessions ; sources de richesses et  d’honneur,  Sêkpé peut en disposer comme il voudra pour conquérir le bonheur. Mais pour que se réalise cet optimisme en un avenir radieux,  il lui faut éviter de donner dans le jeu de la violence au terme duquel il sera le grand perdant. 


Dans sa grande lucidité, la locutrice a des raisons de croire aux potentialités de son homme et à l’avènement de cet avenir luisant. Il suffit d'explorer, d’une part, les qualités de son panégyrique où l’on découvre une ascendance prestigieuse, faite de petsonnages de bravoure et de majesté et, d’autre part, de visiter ses attributs personnels vantés par sa devise, qui en fait un brave irréductible. Et plus que cela, personne ne peut résister devant sa force que symbolisent l'eau du puits, l'eau salée de l'océan et la panthère, son totem.

L’économie de  louange utilisee par le poème, distribuée à trois niveaux, le clan et, au sein de celui-ci, des personnages mythiques, puis la devise,  pose d’emblée la litanie de famille et la tige comme des médias capables d’innervation des sens de l'attributaire afin de le fléchir, l’amadouer pour le dompter. 


Au demeurant, la sagesse recommande expressément l’humilité pour la conquête du bonheur. Bien que le sujet ne manque pas de moyens de riposter contre l'agression,  la défense de son foyer et de l’intégrité de sa personne recommande l'adoption d’apparences où transparaissent la soumission et la non-violence à ne pas prendre pour une abjecte capitulation

Conclusion


Au terme de l’exploration cursive de ce texte, l'amour apparait comme le ressort du projet esthétique. Il entraîne de facto une solidarité mécanique au sein de laquelle les deux conjoints non seulement se projettent l'un sur l’autre, mais encore entrent en connivence pour l'adoption d’apparences trompeuses. Par des touches éparses peu anodines, le texte distille la nature belliqueuse des deux protagonistes, mais qui s'obligent à l'adoption d'une attitude de soumission. La disparité des forces en présence - le Blanc et Sêkpé - fait que l'homme et la femme s'estiment vaincus  la tête haute. Des mots et expressions suggèrent une pareille attitude. C'eût été un ennemi local que l'affrontement aurait été sans merci. Le rejeton de la panthère et la fille de Gbêdi ne se seraient pas laissés compter. Mais voilà....
Il est loisible de reconnaitre plusieurs intérêts à ce texte. J'en dégage quatre; ils sont historique, sociologique, psychologique et littéraire.

Enfin, je vous en souhaite une bonne et agréable lectute et une enrichissante compréhension.

Publié dans Littérature-Poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Votre commentaire en épilogue résume à suffisance la substantifique moelle de ce texte. C'est vrai, je concède volontiers à qui le veut, que la patience est l'objet principal mis en exergue par le texte. S'il est évident et d'avis unanime que la patience est une bonne vertue, je m'en voudrais tout de même de limiter ma réflexion à cela. C'est partir de cette sagesse, que la fille d'Avomênou, amoureuse, s'évertue à montrer à son homme que sa colère pourrait tous les perdre, qu'il serait sage d'user de tact, d'être fins et doux, de taire son égo afin de trouver un exutoire à cette situation conflictuelle. Le meilleur conseil. La patience en tant que bonne vertue<br /> La patience, preuve de la sagesse de la femme: N'eussent été la présence et les recommandations de son épouse, l'homme a fait son choix, celui de l'expression actée de sa colère. En acceptant les conseils de sa femme, il évite les déconvenues et fait preuve d'une force de caractère et de discernement. Tout cela, insuffler par sa femme. Cela renvoie et étaye d'autres part, l'utilité sinon le rôle prépondérant d'une femme dans la vie d'un homme. Derrière chaque grand homme il y a une femme dit-on. <br /> Les outils utilisés par la femme pour atteindre son but, paraissent à priori simples. Ce qui ne l'est pas. Ils rappellent l'importance de la connaissance de nos panégyriques et des conditions de leur usage. Elles apaisent, louangent celui à qui elles sont propres car les litanies sont à l'individu, ce que les chants du griot sont au roi. Ce faisant, le texte révèle avec une facilité presque déconcertante l'une des valeurs en perdition sous nos cieux, la tradition orale. Ce texte aurait une place de choix dans la littérature africaine d'expression orale. <br /> Le contexte cependant nous rappelle un pan douloureux de notre histoire où même notre colère n'exprimait pas assez nos émois. Le blanc qui bâillonne le noir. C'est dans ce sombre contexte que se révèle une force singulière, celle de la femme, d'abord en tant que femme puis épouse, moitié d'un homme. Son complément. Il serait donc juste et tout à fait justifié de dire que ce texte nous fait vivre de façon entremêlée, plusieurs émotions. Étant du même auteure, ce texte présente beaucoup de similitudes avec celui de ''la femme amoureuse''.
Répondre
A
Les commentaires que vous déposés sur les textes donnent de vous l'image d'un vrai exégète de textes.<br /> Vous avez bien vu le thème central et avez montré qu'il ne cache point les sous-thèmes. Il ne subsiste aucun aspect de ce texte que vous n'ayez vu.<br /> Je vous remercie pour votre passage
R
Bonjour professeur. C'est un beau poème élogieux qui témoigne du fait que la femme est aussi une bonne conseillère pour l'homme dans des situations données. Elle dispose de moyens tranquillisant et doux pour ramener un homme à la raison et à la patience. <br /> C'est de ce fait que nous avons : > (Joyce Meyer) Et c'est précisément ce que la poétesse attend de son mari.<br /> Par ailleurs, la forme scripturale du poème originel m'a beaucoup plu et il est rimé de part et d'autre. Sa traduction apporte beaucoup plus de compréhension pour une bonne lecture.
Répondre
A
Chère amie! J'aime immensément votre commentaire. Il démontre éloquemment que vous avez ce poème. <br /> C'est vrai, l'homme s'était déjà mis dans une posture d'affrontement avec l'exploitant blanc. Mais sa femme lui conseille une autre attitude, elle tactique. Et effectivement, Avomênouviê a des arguments pour persuader son homme de l'usage de la non-violence. <br /> Merci pour votre commentaire lumineux. Merci beaucoup.
E
J'aime beaucoup cette publication. Surtout les commentaires qui éclairent et enrichissent davantage le texte. Merci professeur
Répondre
A
J'en conviens avec vous, puisque une part de l'hermétisme du texte se trouve dans les non-dit. Eux tous fonctionnent comme des clefs dont la possession ouvre à une compréhension plus aprrogondie.<br /> Je vous remercie de votre passage